Humans after all

Random Access Memories

Mai 74. Alors que la boom organisée par Justine Charpentier bat son plein, cette dernière décide de mettre un soupçon de piment supplémentaire et de lancer le quart d’heure américain. Après la gène occasionnée par cette soudaine audace, quelques demoiselles téméraires se décident finalement à inviter les garçons à danser. À votre grand étonnement, Sophie Marchaie se dirige vers vous, tendant alors une main tremblante. Cet instant va durer pour toujours. Sophie, la tête sur votre épaule. Vos mains, hésitantes, dans le bas de son dos. Mais déjà l’éternité se dérobe, et le slow entame ses ultimes mesures. Il faut oser. À 12 ans, on est un homme. Alors qu’elle vous regarde droit dans les yeux, vous plongez dans l’inconnu. Ses lèvres ont le goût de la limonade et des premières fois. Le bonheur aura toujours un goût de limonade. Le bonheur résonnera toujours comme un album de Daft Punk.

Dire que Random Access Memories (RAM pour les intimes) a été l’album le plus attendu de l’histoire de la musique n’est pas loin de friser l’euphémisme. Surfant sur l’attente naturellement créée par plus d’une demi-douzaine d’années sans travail en studio, les rois de la French Touch se sont également transformés en maitres du marketing et de la communication en parvenant à faire de ce retour un événement planétaire. De la maitrise des nouveaux médias, avec par exemple l’annonce de la tracklist au moyen d’un Vine, à la soirée de lancement de l’album dans un obscur festival agricole du fin fond de l’Australie en passant par des trailers durant Saturday Night Live, Thomas Bangalter et Guillaume Emmanuel de Homem-Christo ont désormais enfilé un costume, celui de groupe le plus célèbre du monde, costume Yves Saint Laurent qui leur sied comme personne.

Daft Punk

Quittant la chaleur électronique de leur foyer de toujours, la house, les deux parisiens ont très vite annoncé la couleur organique de ce nouvel opus. Oui, RAM est un album pratiquement sans boîte à rythmes, un album interprété avec des instruments physiques et surtout, RAM est un album disco funk. En 2013. Pour le dire autrement, RAM abrite une mémoire terriblement vive et rend un vibrant hommage aux mélodies qui animaient les pistes de danse il y a de ça quatre décennies, le tout sans jamais se départir de l’esprit pionnier qui anime les magiciens de Daft Punk depuis leur début. Plus que jamais vecteur de sensations voir d’émotions, chaque morceau de Random Access Memories emplit le corps et l’esprit. Écouter le dernier album du duo français, c’est bouger son corps, inlassablement, viscéralement, dès que Get Lucky et surtout Lose Yourself To Dance débute. C’est aussi le frisson de plaisir qui vous parcoure l’échine quand Pharrell Williams pose sa voix sur les deux précédents morceaux cités, quand Julian Casablancas s’envole dans un falsetto irréel sur Instant Crush, quand Panda Bear chante, tout simplement, et transcende Doin’ It Right, quand les cuivres surgissent lors du pont central de Touch et quand la musique électronique fusionne le temps de quelques mesures avec le jazz ou le classique dans Giorgio By Moroder. C’est encore la mélancolie qui accompagne Within et le piano de Gonzales, c’est le souffle épique qui vous envahit alors que les violons retentissent à l’ouverture de Beyond, c’est l’évasion qu’offre la ritournelle de Motherboard. C’est enfin toute la montée en puissance opérée par l’album pour atteindre cette rencontre d’un autre type que constitue Contact, morceau final et gigantesque d’un album qui l’est tout autant.

D’une certaine manière, la promesse du premier titre de l’album, à savoir Give Life Back To Music, a été tenue. En bref, Random Access Memories est un album qui vous marque une vie de mélomane. RAM est un fantasme, un émerveillement permanent, un rêve éveillé dans lequel la Lune est un stroboscope et l’été est un dancefloor. Qui aurait cru que les robots pouvaient rêver ? Sur ce, je retourne bosser deux trois pas de danse histoire d’être prêt pour les beaux jours.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :